23 juin 2007

Un bouilon "moi, ma grand-mère"

J'adore le bouillon, surtout le bouillon de poule, mais aussi les bouillons de poisson, de boeuf, moins de légumes, je trouve ça un peu triste. Que voulez-vous, je suis carnivore! Quant aux cubes, j'en utilise comme base, mais je ne mange pas de bouillon cube comme ça. Y'a pas à dire, c'est pas très bon. Mais un vrai bouillon, un peu gras, rien que l'idée me fait saliver et gargouiller l'estomac. Il y a dans Là-bas de J.K. Huysmans une description de pot-au-feu, qui peut devenir pour moi une torture, pour peu que j'aie un peu fin. Alors, quand sur le bog cuisine et santé, vertsoleil, j'ai appris que le bouillon avait un nombre incalculable de vertus, je me suis dit qu'il était temps que je m'y mette.

C'est de ma grand-mère que je tiens cette passion. Le bouillon constituait une des bases de sa cuisine. Il était toujours agrémenté de choses délicieuses quoiqu'un peu difficiles à trouver. Il y  avait les Kneidlach qui sont des boulettes à base de farine de pain azyme. Anne de station gourmande, en donne la recette sous le nom de matzo balls, vous ne vous imaginez pas mon émotion quand j'ai découvert cette recette. Elle faisait aussi des Kreplach qui sont des gros raviolis qui ressemblent un peu aux Maultaschen souabes.  Une autre manière d'agrémenter le bouillon était liée à une fête particulière - mais j'ai oublié laquelle - et consistait à lui ajouter des Mandeln. Ca ressemblait à petites boules de pâte à chou, cuite et un peu salée. Ce sont toutes ces saveurs qu'évoque pour moi le bouillon.

Et puis je me suis souvenue d'un livre de Pef que j'aimais particulièrement quand j'étais petite fille et qui s'appelait "Moi, ma grand-mère..." C'est l'histoire de gamins qui racontent tous les choses extraordinaires que font leur grand-mère, et à la fin (je ne vous la raconte pas), il est question de cuisine. Je voudrais donc lancer le jeu "Moi, ma grand-mère..." qui consisterait à livrer une recette ou une anecdote culinaire, lié à sa grand-mère. Participe qui veut, sans limite de date...

Revenons à nos bouillons! J'ai quelque peu modifié la recette de Catherine tout en respectant ce qui me paraissait constituer les règles les plus importantes:
1 poulet
1 oignon piqué de 3 clous de girofle
1 carotte entière
2 poireaux entiers.
1cs de gros sel
3 grains de poivre
3 brins de thym
3 feuilles de laurier
le jus d'un citron (en principe, il faut du vin blanc, mais je n'en avais pas)

Voilà la tête de ma casserole en début de cuisson:

IMGP0440

J'ai mis tout ce petit monde-là à cuire dans une grande casserole avec de l'eau, de manière à ce qu'elle recouvre les autres ingrédients. J'ai fait cuire et baissé le feu au maximum dès que l'eau s'est mise à frémir.
Et ensuite, j'ai fait cuire tout doucement une heure et demie.
Voilà la casserole en fin de cuisson

IMGP0445

Ensuite, j'ai égoutté soigneusement tous les ingrédients, jeté les légumes qui avaient cuit un peu longtemps à mon goût et conservé le poulet, pour faire autre chose...

Et  je m'en vais faire une soupe de petits pois avec mon bouillon. Promis, un de ces quatre, je vous donnerai la recette.

Posté par latambouilledeso à 19:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Un bouilon "moi, ma grand-mère"

    sympa ce jeu de "moi, ma grand mère..." je vais réfléchir à ça!

    Posté par lili violette, 24 juin 2007 à 22:55 | | Répondre
  • Tu as raison, rien de vaut le réconfort d'un bon bouillon! Et puis on peut en faire un risotto... Merci pour d'être passée chez moi, je suis toute contente de découvrir ton joli blog!

    Posté par patoumi, 25 juin 2007 à 19:06 | | Répondre
  • C'est le meilleur des bouillons; et après on peut s'en servir pour beaucoup d'autres préparations !

    Posté par eva, 25 juin 2007 à 20:39 | | Répondre
Nouveau commentaire